//
Vous lisez...
Actualités, Blog

CINÉ HISTOIRE LETTRE D’INFORMATION N°33 MARS 2018

Les prochains rendez-vous de Ciné Histoire

Notre programme est très « réactif » à certaines opportunités.
Vous avez donc intérêt à consulter notre site régulièrement www.cinehistoire.fr
LES RENDEZ-VOUS CINÉ HISTOIRE
DÉCOUVREZ NOTRE NOUVEAU CYCLE :
« D’UNE GUERRE À D’AUTRES »
Une guerre ne reste jamais isolée ! Elle en induit toujours d’autres et laisse des traces culturelles et psychologiques quasi indélébiles sur ceux qui l’ont vécue. Ce sera le thème de ce cycle qui nous mènera en Russie, en Pologne et en Allemagne.
Samedi 3 mars à 10h30 au cinéma Les 7 Parnassiens
L’assassinat de Trotsky
de Joseph Losey
Film britannico-franco-italien, 1972 ; 103 min ; 
avec Richard Burton, Alain Delon, Romy Schneider, Jean Desailly et Simone Valere
Téléchargez les images - 1
Après Pour l’exemple, c’est le deuxième film de Losey. qui traite de faits historiques Au moment du tournage, les enjeux politiques restaient encore d’actualité : les deux tendances du communisme demeuraient, actives, et la plupart des personnages représentés étaient encore vivants Le film est centré sur les trois derniers mois de la vie de Trotsky entre mai et aout 1944 et relate les vies divergentes de l’assassin et de sa victime, leur rencontre sera un désastre pour tous deux.
Losey, membre du parti communiste américain, avait dû s’exiler, mais il fait, selon Denitza Bantcheva, un film plus historique que politique, c’est à dire qu’il garde une distance et une objectivité qui s’impose à l’historien .
Le film est magnifiquement servi par le magnétisme de Richard Burton, qui n’aura jamais été aussi habité par son personnage.
Après la projection rencontre avec Denitza Bantcheva, critique de films auteure de « Florilège de Joseph Losey », qui a été vice présidente jury du prix Lumière
Cinéma Les 7 Parnassiens – 98, boulevard du Montparnasse – Paris 14e (métro : Vavin ou Edgar Quinet ; bus : 58, 82, 91) Tarif 6,20 € ou 5 € pour les adhérents à Ciné Histoire.

« Un résistant méconnu :
André Kirschen ou la guerre à 15 ans »

Auditorium de l’Hôtel de Ville 
Mardi 29 mars 2018 à 14h30
Téléchargez les images - 2
André Kirschen arrive en France en 1930, à l’âge de 4 ans , avec ses parents et son frère ainé âgé de 9 ans. Issu d’une famille juive roumaine bourgeoise (son père est ingénieur radiologue réputé ). Il est le neveu de Bernard Natan, le producteur de cinéma qui a créé « Pathé Natan »
André se passionne très tôt pour la politique, puisqu’il assiste à 12 ans aux débats d’un club d’extrême gauche « Les amis du front populaire et des volontaires de la liberté ». A 14 ans, avec son frère ils adhèrent à  « l’union des lycéens et étudiants communistes » alors que ses parents ne sont pas communistes. André est très vite convaincu que les manifestations et diffusion de tracts contre l’occupation nazie ne suffisent pas et demande à entrer à l’Organisation Spéciale, bras armé du parti communiste. A 15 ans il tire sur un officier allemand, puis participe à plusieurs opérations. Il est arrêté à la suite de l’attentat manqué de la salle Wagram le 9 mars 1942.
Il sera un des vingt-sept accusés du fameux procès de la Maison de la Chimie en avril 1942, seul homme à ne pas être condamné à mort en raison de son jeune âge car la loi allemande interdisait les condamnations à mort avant 16 ans. Il sera déporté en forteresse en Allemagne, à l’isolement complet pendant trois ans !
Son père et son frère seront fusillés au Mont Valérien comme parents de terroriste, et sa mère déportée à Auschwitz dont elle ne reviendra pas.
A la Libération, il reprend ses études et se spécialise en histoire et en psychologie. Après de petits métiers, il crée une maison d’édition. A sa retraite il entreprend de recherches historiques qui l’amènent à publier Le procès de la Maison de la Chimie, un livre consacré à l’industrie cinématographique : Pathé Natan, la véritable histoire, puis un livre dénonçant Louis Ferdinand Céline.
Les images filmées du procès ont été retrouvées quarante ans plus tard, et le film de Frank Cassenti en utilise de larges extraits. Le film est réalisé à partir des entretiens d’André Kirschen avec son ami l’écrivain Gilles Perrault, auteur notamment de l’Orchestre rouge,(1967 Fayard) et du Dictionnaire amoureux de la résistance (Fayard 2014). Dans le film apparait également Pierre Daix, compagnon de combat des frères Kirschen.
Le film sera projeté en présence de son réalisateur, et avec la participation exceptionnelle de Gilles Perrault.
(Un « bonus » sera également projeté : la parole d’André Kirschen lors de la séance de Ciné Histoire en mai 2004, consacrée à l’inauguration de la cloche de Pascal Convert, dédiée aux fusillés du Mont Valérien)
Entrée libre sur inscription obligatoire dans la mesure des places disponibles en écrivant à cinehistoire2@gmail.com
Téléchargez les images - 3Téléchargez les images - 4
Téléchargez les images - 5Téléchargez les images - 6

À propos de fmd

Fondation reconnue d'utilité publique

Discussion

Les commentaires sont fermés.

Fondation pour la mémoire de la déportation

La FMD n’est pas responsable du contenu des manifestations et des ouvrages présentés sur ce site

The FMD does not assume any liability or responsibility for the content of the events or works shown on this web side

Die FMD übernimmt keinerlei Verantwortung für die hier vorgestellten Publikationen und deren Inhalte