//
Vous lisez...
Actualités

LETTRE D’INFORMATION | Ciné Histoire – JUIN 2018

Pour être sûr de recevoir tous nos emails, ajoutez-nous à votre carnet d’adresses.
Si ce mail ne s’affiche pas correctement, suivez ce lien.
CINÉ HISTOIRE

Téléchargez les images - 0

Les prochains rendez-vous de Ciné Histoire

Notre programme est très « réactif » à certaines opportunités.
Vous avez donc intérêt à consulter notre site régulièrement www.cinehistoire.fr
 Le dernier jour d’Yitzhak Rabin
d’Amos Gitai
Samedi 2 juin 2018
Film franco-israélien, 2015, 150 mn, avec Ischac Hiskiya, Tomer Sisley et Pini Mitelman
Quand l’espoir de paix tombe sous les balles
Le réalisateur emploie sa maestria et son audace pour raviver une des plaies ouvertes de la société israélienne : le meurtre d’un premier ministre signataire des accords d’Oslo et prix Nobel de la paix, dans des circonstances politiques plus que nébuleuses.
Le film oscille entre images d’archives, interviews inédites et reconstitution fictionnelle.
L’enquête d’état, dérisoire, s’est concentrée sur les défaillance du système de sécurité.
Amos Gitaï s’efforce, quant à lui, de combler les lacunes d’une commission qui s’est bien gardée de faire un quelconque examen de conscience. Il replace les événements dans leur contexte politique et sociétal.
Mais un certain nombre de questions resteront à jamais sans réponses !
Après la projection rencontre avec David Chemla, porte-parole de « La paix maintenant », Secrétaire général de « JCall »
Cinéma les 7 Parnassiens 98, boulevard Montparnasse, Paris 6e (Métro : Vavin. Bus: 58, 82, 91)
Tarif : 6,20 € et 5 euros pour les adhérents Ciné-Histoire
Téléchargez les images - 2
12 juin 2018
à l’Auditorium de l’Hôtel de Ville à 14h 30
Le retour des déportés
avec la projection exceptionnelle
d’un film de Guillaume Diamant Berger
« Hôtel Lutetia le souvenir du retour »
en présence du réalisateur
C’est le 53ème anniversaire de ces retours et le moment de la réouverture de l’hôtel Lutétia après trois ans de travaux.
L’hôtel Lutetia a été pendant un demi-siècle un lieu « art déco » d’avant garde entre les deux guerres. Seul hôtel de luxe de la rive gauche, il a abrité, entre autres, Hemingway, Picasso, Matisse, André Gide (qui y vivait à l’année), Joséphine Baker et bien d’autres. En 1940, il devient le siège de l’Abwehr pendant la durée de la guerre. A la Libération, le propriétaire, qui veut prouver son engagement pour la Résistance, le met à disposition pour l’accueil des déportés de retour des camps. C’est Sabine Zlatin – « La dame d’Izieu » – qui assure la mise sur pieds de ce centre d’accueil vers lequel convergent les familles à la recherche d’informations. D’avril à juin 1945, les déportés affluent avec un pic d’affluence en mai.
Le film de Guillaume Diamant Berger nous restitue les témoignages rares de déportés maintenant disparus avec des images d’archives et des textes d’époque comme ceux d’Olga Wormser Migot (« Le Retour des déportés) » et de Marguerite Duras (« La Douleur »).
Entrée libre, mais inscription indispensable dans la mesure des places disponibles
Téléchargez les images - 3

À propos de fmd

Fondation reconnue d'utilité publique

Discussion

Les commentaires sont fermés.

Fondation pour la mémoire de la déportation

La FMD n’est pas responsable du contenu des manifestations et des ouvrages présentés sur ce site

The FMD does not assume any liability or responsibility for the content of the events or works shown on this web side

Die FMD übernimmt keinerlei Verantwortung für die hier vorgestellten Publikationen und deren Inhalte