//
Vous lisez...
Actualités

CINÉ HISTOIRE – NEWSLETTER n°45 – Mai 2019

CINÉ HISTOIRE
Fondation de la Résistance
LETTRE D’INFORMATION N°45
AVRIL 2019
Les prochains rendez-vous de Ciné Histoire
Notre programme est très « réactif » à certaines opportunités.
Vous avez donc intérêt à consulter notre site régulièrement www.cinehistoire.fr
– RAPPEL –
Le 14 mai 2019 à 14h à l’Auditorium
Autour d’une famille engagée : Jean-Richard Bloch et sa fille France
Séance particulière à l’Auditorium de l’Hôtel de Ville le 14 mai à 14h

Avec deux films de Marie Cristiani
« La vie à Vif » (50 min) sur J.-R. Bloch
« France Bloch et Fredo Serazin » (55 min)

Qui était Jean-Richard Bloch ? Grand témoin de son temps qui a eu une profonde conscience de l’histoire.
Cet enseignant, issu d’une famille républicaine, s’installe à Poitiers dans les années 1910 et abandonne très vite l’enseignement pour l’écriture qui lui est vitale. Sa maison « La Mérigotte » devient un carrefour d’écrivains, d’artistes musiciens et peintres. Lieu d’effervescence intellectuelle qui, plus tard contribuera au développement de ses quatre enfants.
Les temps qui suivent l’affaire Dreyfus expliquent sa sensibilité socialiste mais c’est avant tout un homme qui se veut libre vis-à-vis des partis et des états.
La revue qu’il fonde en 1910 L’effort devenue en 1912 L’effort libre plaide pour une révolution artistique et morale.
Engagé volontaire pendant la Première Guerre mondiale, il est trois fois blessé.
Il voyage beaucoup après-guerre et devient en 1923 un pilier de la revue Europe.
L’écriture est capitale pour cet homme convaincu du rôle que les intellectuels doivent jouer dans la cité. Ses amis sont Romain Rolland, Louis Aragon, Roger Martin du Gard, Jean Paulhan Jacques Copeau et d’autres.
Il laisse une trentaine d’œuvres – romans, pièces de théâtre, essais – et sa correspondance est la plus importante qui soit conservée à la Bibliothèque Nationale. Riche par la diversité de ses destinataires de nationalités et de courants de pensées différents, sa correspondance est un passage obligé pour ceux qui s’intéressent à l’histoire des intellectuels de l’entre-deux-guerres.
A partir des années trente, et notamment, après le six février trente-quatre, cet homme « libre » commence à s’engager, et de socialiste, il avance lentement vers le communisme. Il est très déçu par la non-intervention du gouvernement Blum pour l’Espagne, et milite activement pour l’accueil des réfugiés espagnols.
En 1937 il accepte, à la demande d’Aragon, de fonder avec lui le quotidien communiste Le Soir. Mais ce n’est qu’en 1939 quelques semaines avant le pacte germano-soviétique qu’il adhère officiellement au Parti !
Sa situation de juif et communiste, le pousse à s’exiler en Russie en 1941. Il y restera toute la guerre et interviendra toutes ces années à Radio Moscou comme « voix de la France ». Son retour en France en 1945 sera pour lui un désastre affectif et physique. Reconstruire « La Mérigotte » mais surtout l’absence de sa mère, de sa fille et de son gendre disparus, ainsi que d’autres membres de sa famille. Il meurt en 1947 et des funérailles officielles lui sont organisées par le Parti.
La municipalité de Poitiers à racheté sa maison « La Merigotte » en 2018 pour en faire un lieu d’accueil pour des artistes notamment pour des exilés.

La question qui se pose : comment et pourquoi cet homme a-t-il disparu des mémoires collectives ?

Le film sera suivi du film sur France Bloch et Fredo Serazin : l’union fusionnelle d’une intellectuelle issue de la bourgeoisie avec un ouvrier métallurgiste, tous deux morts prématurément « pour que vive le France ».
Film interprété par Pierre Arditi et Evelyne Bouix.

La séance aura lieu en présence de Marie Cristiani, la réalisatrice des deux films et auteure de Fredo mon amour (2018 Ed Arcane 17).

Et de Alain Quella Villeger, conseiller historique pour « La vie à vif » et auteur de France Bloch une femme en résistance (Ed des femmes 2019).

ENTREE LIBRE MAIS INSCRIPTION OBLIGATOIRE
cinehistoire2@gmail.com ou nicoledorra@gmail.com
3e SEANCE DU CYCLE « FASSBINDER ET L’ALLEMAGNE DE SON TEMPS »
Samedi 18 mai 2019 à 10h30
LA TROISIEME GENERATION
De Rainer Werner Fassbinder
Allemand 1979 – 105’ – avec Hanna Schigulla, Harry Baer, Hark Bohm, Eddie Constantine, Bulle Ogier…
La question du terrorisme telle qu’elle s’est posée en Allemagne dans les années 70 avec la bande à Baader et la fraction armée rouge devait un jour passer par Fassbinder qui n’a cessé de scruter son pays et ses violences.
Le titre du film fait référence aux trois générations du terrorisme, sujet malheureusement très en vogue !
La première génération était celle de 68. Des idéalistes qui voulaient changer le monde, et pensaient pouvoir le faire avec des mots et des manifestations.
La seconde, le groupe Baader Meinhof, passa de la légalité à la lutte armée et à la criminalité.
La troisième qui est décrite ici agit sans réfléchir, n’a ni idéologie ni politique, et se laisse manipuler sans le savoir.
La troisième génération est un vision du terrorisme déjà étonnamment pleine de distanciation, un peu à la manière d’une pièce de théâtre.
Après la projection, rencontre avec Denitza Bantcheva, auteure, critique de films membre du jury du prix Lumière qui a dirigé un collectif Fassbinder l’explosif (Ed Corlet 2005).
Cinéma le Saint-André-des-Arts
Salle 3
12 rue Gît-le-Cœur 75006 Paris
(RER St Michel ou Odéon
bus : 38, 85, 96, 21, 27, 63, 87)
Tarif :6,50€ et 5€ pour les adhérents Ciné Histoire avec leur carte
SOUTENEZ-NOUS
SOUTENEZ-NOUS EN DEVENANT MEMBRE DE CINÉ HISTOIRE
et recevez en exclusivité les programmes et invitations
pour les prochaines manifestations de Ciné Histoire
Particulier : 40 €
Couple : 60 €
Enseignant (en activité) : 20 €
Moins de 25 ans : 20 € (Nouveau)
Personne morale : 100 €
CINÉ HISTOIRE
Association loi de 1901
Siège social : 8 rue Dupleix 75015 Paris
E-mail : cinehistoire2@gmail.com
Site internet : www.cinehistoire.fr
© 2019 Ciné Histoire

À propos de fmd

Fondation reconnue d'utilité publique

Discussion

Les commentaires sont fermés.

Fondation pour la mémoire de la déportation

La FMD n’est pas responsable du contenu des manifestations et des ouvrages présentés sur ce site

The FMD does not assume any liability or responsibility for the content of the events or works shown on this web side

Die FMD übernimmt keinerlei Verantwortung für die hier vorgestellten Publikationen und deren Inhalte

%d blogueurs aiment cette page :