//
La Fondation

 

La Fondation pour la Mémoire de la Déportation, créée en 1990, est la toute première Fondation de mémoire issue de la Seconde guerre mondiale. Comme le souhaitaient ses fondateurs, elle s’est voulue, dès sa création, représentative des différents courants historiques de la déportation et porteuse de mémoires plurielles. La composition de son Conseil d’administration traduit cette volonté puisqu’il est constitué de déportés par mesure de répression (résistants, otages, communistes, syndicalistes, militaires, otages, etc.) et de déportés destinés à l’extermination, parce que juifs,  selon les critères établis par le régime de l’Etat français de Vichy et le régime nazi.

En outre le dosage équilibré des sensibilités politiques de ses administrateurs favorise l’expression des différents courants de pensée qui ont animé la résistance et l’opposition au nazisme et à l’Etat français de Vichy, puis alimenté la mémoire de l’après guerre.

Avec la disparition progressive de la génération des déportés, la Fondation oriente résolument son action vers le travail scientifique  et universitaire, qui est essentiel pour prétendre inspirer le travail pédagogique et éducatif.

Son action est encadrée par un Conseil scientifique à dominante universitaire qui garantit la valeur historique et scientifique des documents et travaux produits.

Soutenir la Fondation par des dons et legs, c’est assurer la pérennité de cette mémoire historiquement et politiquement plurielle, encourager la poursuite de la recherche et de l’historiographie, poursuivre un travail pédagogique et éducatif dans la société contemporaine.

// LA DEPORTATION PARTIE DE FRANCE : 165 000 déportés

89 000 déportés
au titre de la répression de la lutte contre l’occupant (résistants ou opposants politiques, otages ou victimes de représailles) mais aussi comme droits communs, homosexuels (selon les résultats des recherches au 1er janvier 2007).
– 60% sont revenus

76 000 déportés, dont 11000 enfants
a
u titre des persécutions antisémites et dans le cadre de la mise en œuvre de la « solution finale de la question juive » en Europe.
– 3% sont revenus

en allemand, auf Deutsch:
https://fondationdeportation.wordpress.com/la-fondation/deutsch-die-stiftung/

Les commentaires sont fermés.