//
Vous lisez...
Blog

Partenariat « Mémoire et vigilance »

Communiqué de presse

Paris, le 23 avril 2021

À l’occasion de la Journée nationale du Souvenir des Victimes et des Héros de la Déportation, le CESE et la Fondation pour la Mémoire de la Déportation rappellent la nécessité du devoir de mémoire pour le présent.

Alors qu’aura lieu dimanche la Journée nationale du Souvenir des Victimes et des Héros de la Déportation, le Conseil économique, social et environnemental (CESE) s’associe une nouvelle fois au message rédigé conjointement par les fédérations et associations de déportés et déportées, que sont la Fédération Nationale des Déportés, Internés, Résistants et Patriotes (FNDIRP), La Fondation pour la Mémoire de la Déportation (FMD) et les Associations de mémoire des camps nazis, L’Union Nationale des Associations de Déportés Internés de la Résistance et Familles (UNADIF-FNDIR).

Ce texte, que vous trouverez en pièce-jointe, rappelle notamment l’importance de résister à de nouvelles formes de fanatisme et de barbarie, alors même que « De nouvelles menaces nous rappellent la communauté de destin qui unit l’humanité au-delà des différences culturelles, ethniques ou religieuses et des antagonismes idéologiques, politiques ou économiques.  Face à ces périls, l’espoir réside dans l’engagement de tous et en particulier des jeunes générations, à l’exemple des déportés, au service de la liberté et vers des formes nouvelles de résistance et de solidarité. »

Le CESE s’associe à ce message deux ans après sa déclaration solennelle « contre le racisme et l’antisémitisme » du 24 avril 2019, qui avait initié la signature d’un partenariat « Mémoire et vigilance » entre le CESE et la Fondation pour la Mémoire de la Déportation (FMD). Ce partenariat, qui vise à sensibiliser le public à l’histoire des déportations en France et en Europe et à promouvoir le respect des droits fondamentaux et des libertés, s’est manifesté au cours des deux dernières années à travers plusieurs actions de coopération.

Le CESE a notamment accueilli une semaine d’initiatives, à l’automne dernier, autour de la thématique du retour des déportées et déportés des camps de concentration : exposition, lancement du « Dictionnaire biographique des déportés de France passés par le camp de Mittelbau-Dora et ses Kommandos. 9 000 vies racontées », ainsi qu’une journée d’étude sur « les femmes dans la déportation ». Le mois dernier, cette journée a fait l’objet de la publication dans le cadre du partenariat d’un numéro spécial de la revue « En Jeu », qui associe un fort caractère scientifique avec l’ouverture à un large public et à la société civile organisée que représente notamment le CESE.

Cette journée nationale du souvenir garde une forte actualité, de même que le partenariat « Mémoire et vigilance ». Serge Wolikow, Président de la FMD le rappelle quand il insiste sur la nécessité « de faire vivre les valeurs pour lesquelles les déportés ont surmonté l’horreur des camps : celle du refus de toute forme d’exclusion et de racisme et celle d’indignation quand l’homme est menacé dans sa liberté, sa dignité et sa vie ».

À propos de fmd

Fondation reconnue d'utilité publique

Discussion

Les commentaires sont fermés.

Fondation pour la mémoire de la déportation

La FMD n’est pas responsable du contenu des manifestations et des ouvrages présentés sur ce site

The FMD does not assume any liability or responsibility for the content of the events or works shown on this web side

Die FMD übernimmt keinerlei Verantwortung für die hier vorgestellten Publikationen und deren Inhalte

%d blogueurs aiment cette page :