//
Vous lisez...
Actualités, Blog, Exposition, Film, Lecture

Exposition | Ceija Stojka (visites, lectures, projection)

CEIJA STOJKA, une artiste rom dans le siècle
LANICOLACHEUR et LA MAISON ROUGE  présentent la première exposition monographique de 
CEIJA STOJKA (1933-2013).
Du 11 mars au 16 avril – 
Lieu : La Salle des Machines à la 
Friche La Belle de mai–Marseille 
Ouverture du mercredi au samedi de 11h à 19h, le dimanche de 12h30 à 19h 
(entrée libre)
AUTOUR DE L’EXPOSITION : VISITES, LECTURES, PROJECTION
Vendredi 31 mars – Au Studio (à la Friche)

18h45 : lecture de Je rêve que je vis un texte de Ceija Stojka (durée : 1h15/ tarif : 6€)
20h30 : concert de Guitza et Rona Hartner à la Cité de la Musique (organisé par Latcho Divano)
Samedi 1er avril – Au studio  (à la Friche)
17h : visite commentée de l’exposition par Xavier Marchand, directeur artistique
19h : lecture de Je rêve que je vis un texte de Ceija Stojka (durée : 1h15 / tarif : 6€)
20h45 : projection du documentaire de Karin Berger sur Ceija Stojka, Ceija Stojka, portrait d’une romni film de Karine Berger
Friche la Belle de Mai / Studio de Marseille
À PROPOS DE CEIJA STOJKA
 Ceija Stojka est née en 1933, cinquième d’une fratrie de six enfants dans une famille de marchands de chevaux, les Lovara-Roma, une ethnie Rom d’Europe centrale. Déportée à l’âge de dix ans, Ceija Stojka (1933-2013) survit à trois camps de concentration avec sa mère et quatre frères et soeurs.
Quarante ans après sa déportation, Ceija Stojka se met à écrire et à peindre pour témoigner et pour exorciser sa peur de l’oubli. Deux de ses frères, Karl et Mongo Stojka, sont devenus eux aussi écrivains et musiciens.
Elle a reçu plusieurs distinctions, dont le Prix Bruno-Kreisky pour le livre politique en 1993. Jusqu’au jour de sa mort en 2013, à 79 ans, Ceija Stojka a eu peur que l’Europe n’oublie son passé et qu’un jour prochain, les fours crématoires d’Auschwitz puissent reprendre leur activité dans une indifférence à peu près générale. C’était la peur d’une citoyenne informée, qui suivait attentivement l’évolution des lois et des discours anti-tsiganes à travers notre vieux continent. L’œuvre de cette écrivaine, peintre et musicienne rom autrichienne fait aujourd’hui référence concernant les persécutions subies par les tsiganes sous le régime nazi.
À PROPOS DE LANICOLACHEUR de Xavier MARCHAND
 
La compagnie Lanicolacheur fondée par Xavier Marchand  s’intéresse à un théâtre du langage, du verbe, s’appuyant généralement sur des écrits non-théâtraux. La poésie, l’histoire, l’ethnographie ou le politique sont autant de champs d’où émergent des formes théâtrales, elles-même traversées par de la musique, de la vidéo, de la danse, de l’opérette… Xavier Marchand est l’auteur de

 Il était une fois Germaine Tillion en 2010, en hommage à cette grande ethnologue, figure manifeste de la résistance.

 

À propos de fmd

Fondation reconnue d'utilité publique

Discussion

Les commentaires sont fermés.